Arrêté ministériel: les dentistes n'ont pas dit leur dernier mot

Ouvrez votre boutique !
Question aléatoire
Image aléatoire
Galerie
En ligne
5 Visiteurs, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur En ligne.

Total : 5
Livre d'or

Par Ozlife

Si votre vie ne vous sert plus à rien, signez votre carte de donneur et tuez vous tout de suite après... :noel:

Livre d'or


Rss Arrêté ministériel: les dentistes n'ont pas dit leur dernier mot
Les dentistes contesteront devant les tribunaux l'arrêté ministériel empêchant leur retrait du régime public de soins dentaires, a appris La Presse canadienne. Athenadental est une Société de distribution de produits dentaires en possession de plus de 5000 produits de grandes marques telles que NSK, JINME, TOSI, COXO etc. Ainsi que de diverses catégories : lampe scialytique dentaire et lampe frontale. Tous les jours l’équipe d’Athenadental.fr s’efforce à dénicher de nouveaux produits dentaires pour répondre à vos besoins.



Jeudi dernier, 2000 formulaires de retrait avaient été envoyés aux bureaux de la Régie de l'assurance maladie du Québec. À peine quelques heures plus tard, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, répliquait par un décret forçant le maintien de la couverture des soins dentaires des enfants âgés de moins de 10 ans et des prestataires d'aide sociale.

Le président de l'Association des chirurgiens dentistes du Québec (ACDQ), Serge Langlois, qualifie ce geste de «bâillon gouvernemental». L'ACDQ a donc mandaté ses procureurs pour contester juridiquement l'arrêté ministériel, et ce, pour défendre la liberté de négociation et éviter de créer un précédent.

Le document signé par le ministre Barrette empêche tout dentiste de quitter le régime public durant les deux prochaines années. Selon M. Langlois, il s'agit d'une démonstration exagérée de pouvoir. «Dans quel pays on vit? Les soins dentaires, c'est un régime privé au Québec, sauf exception», fait-il valoir.

Cela dit, Serge Langlois demande à ses membres de continuer à offrir les services gratuits prévus aux quelque 620 000 personnes couvertes par la partie publique du régime.

«On ne va quand même pas inciter nos membres à la désobéissance civile. On va plutôt s'adresser à un arbitre, un peu comme les optométristes l'ont fait. On va s'adresser aux tribunaux pour avoir le jugement de quelqu'un d'impartial dans le dossier», dit-il.

Le président de l'ACDQ soutient que les négociations sont au point mort après 11 rencontres, et que personne du ministère de la Santé et des Services sociaux ne siège actuellement à la table des négociations.

Puisqu'il est convaincu que Gaétan Barrette ne veut pas régler le dossier et seulement gagner la confrontation, le docteur Langlois réitère sa demande pour que le premier ministre Philippe Couillard s'implique dans les négociations. M. Couillard avait négocié la dernière entente, en 2008, alors qu'il était ministre de la Santé.





Le service de soins dentaires du CHU de Poitiers saturé à son tour





Réseaux Sociaux
Partagez !
 
Note: Aucun avis
(0 note)
Ecrit par: SUNNY, Le: 03/09/18
Partenaires